C'est bizarre, je sens une boule, là...

Publié le par Pascal

« C’est bizarre… Je sens une boule, là… Armelle, tu peux tâter ? Hein ? Toi aussi tu sens quelque chose ? »

Me voilà entrain de triturer mon cou, je sens une grosseur au niveau des cervicales, du côté droit. Ca n’a pas l’air d’être un muscle. Bon… Je ne suis pas plus inquiet que ça.

Quelques semaines plus tard, cette grosseur me travaille tout de même un peu. Un détour par le net et quelques lectures sur les cancers de la thyroïde et autres plus tard, je suis décidé à voir le docteur.

« Bonjour docteur, j’ai une grosseur, là. » Regard inquiet de celle-ci, direct. Pendant qu’elle palpe : « vous vous sentez fatigué en ce moment ? Vous avez perdu du poids ? Vous avez des sueurs nocturnes ? Des démangeaisons ? » Rien de tout cela ! Rendez-vous est pris pour une prise de sang ainsi qu’une échographie. La première étape est en effet de repérer la nature de cette grosseur.

Quelques jours plus tard, coup de téléphone. « Bonjours, docteur B (mon doc traitant). Vous avez rendez-vous avec un hématologue cet après-midi, vous vous y rendrez directement après l’échographie. » L’hématologue, l’hématologue… N’est-ce pas celui qui s’occupe des maladies du sang ?

Le jour même, je suis dans le bureau de l'hématologue. J'aime cette femme. Elle est directe, et je sens que le malade n'est pas un numéro inscrit sur une pochette pour elle. Après les questions auxquelles j'ai déjà répondu tant de fois, elle m'allonge sur la table d'observation et me palpe le corps. Une jeune interne est là. Très mignonne d'ailleurs. D'ou ma confusion lorsque la doctoresse commence à s'intéresser à mon sexe. Hop, c'est terminé, mais je crois que j'ai rougi...

« On va faire une ponction. » Argh ! Heu, c’est quoi cette aiguille, on n’anesthésie pas normalement ?? AAaaahhhh… Ca fait vraiment mal ce truc. On sent d’abord l’aiguille qui plonge dans la masse ganglionnaire, puis aspire de la matière. La première ponction ne donne pas de matière solide, il faut en refaire une deuxième. Je ne dis rien. Les larmes montent. « Ca va ? » Oui, oui, ça va… Tu parles !

Il me faut ensuite faire une nouvelle prise de sang. Il doit y avoir 7 ou 8 flacons. Même pas peur ! Entre autre pour les MST, l’une de mes craintes vu que 4 ou 5 fois dans ma courte vie, je n’ai pas fait attention. Là, je commence à flipper. Et si j’avais contaminé ma petite puce ? Il s’avèrera que tous les tests sont négatifs. Cette nouvelle me rassure, le reste peut venir, tant que je n’ai pas engagé quelqu’un d’autre dans la galère…

Publié dans Mon cancer

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

bonzo 12/11/2005 23:01

Tes récits sont poignants et touchants. J'ai un peu l'impression que ce blog te serre d'éxutoire et que finalement d'en parler est plutot une bonne chose pour toi. Je te souhaitede guérir, très sincèrement comme je peux le souhaiter à toutes personnes atteints de cette saloperie ou d'autres encore.

Bon courage. Je reviendrais te lire et te poster des commentaires en espérant de ma petite fenètre donner un peu d'espoir

Bonzo tu as tout compris concernant l'exutoire. Et si d'autres malades me disaient un jour: "pascal j'ai lu ton blog et il m'a donne l'envie de bouffer ce p**** de cancer", ce serait la meilleure recompense. Je n'aime pas la demarche "je suis malade, je viens vers toi qui es aussi malade pour te faire profiter de mon experience", je prefere livrer cela comme ca, et que chacun prenne ce qu'il a envie de prendre. Pascal

fghost 12/11/2005 22:52

courage et bats toi tu gagneras....Pour sur!

walsong 12/11/2005 20:19

Super idée ta narration au fil des jours, ça permet comme tu dis d'exorciser et de détramatiser la situation, on a les idées plus claires et on ne panique pas en dépit du bon sens. Savoir rester calme cela permet de se centrer sur l'essentiel: la guérison.
Bises Pascal et je file (on doit sortir ce soir et j'ai un chambardement dans la baraque à ne pas laisser traîner, sinon c'est fichu, demain, je n'aurai pas le courage! lol)
Mais dis donc, c'est en rangeage perpetuel chez toi?Enfin si c'est en bordel perpetuel, c'est normal.Pascal

Armoni 12/11/2005 13:46

Vous avez un moral d'acier, bravo !!
Mes pensées vous accompagnent dans votre combat,
Armoni
Je pense que c'est mon education qui m'offre la possibiliter de garder le moral. J'ai toujours ete eduque dans un esprit de competition, pour etre le meilleur (ce qui n'a pas toujours marche ;=) ), et maintenant, l'adversaire, c'est ce cancer qui commence tout juste a me ronger.Pascal

Caroline 11/11/2005 19:28

à quand les résultats de la ponction ?
j'espère que tu ne stresses pas trop...
essaie de prendre la vie un jour après l'autre ; courage
Il faut savoir une chose, c'est qu'il y a un decalage d'au moins trois semaines entre ce que je vis et ce que j'ecris, car je n'ai pas decide tout de suite d'ouvrir un blog sur ce sujet. Donc la ponction n'avait rien donne, et j'avais subi une biopsie qui avait confirme le cancer. Je raconte tout ca dans les prochains articles.Pascal