Deuil...

Publié le par Pascal

Deux semaines que je n’ai plus que mon Papa et mes deux sœurs. Le travail de deuil est bien difficile, nous souffrons tous les quatre beaucoup. La maladie reste au second plan. Mais, quelque part, j’ai tendance à me dire qu’elle nous permet de nous focaliser sur un objectif, ma guérison. Elle constitue en quelque sorte une bouée dans la mer de détresse dans laquelle nous baignons. Je ne sais pas si c’est une attitude très saine, mais c’est celle que j’ai adoptée, et, il me semble, les trois autres aussi, dans une moindre mesure.

 

Le deuil est un mécanisme qui permet de surmonter un moment critique de la vie : perte d’un être cher, déception amoureuse, etc… Il est le plus souvent associé à la mort : la période qui suit la mort d’un être proche.

 

Dans l’une des encyclopédies que j’ai consultées sur le sujet, le deuil est divisé en trois phases. La première est la phase de déni, de sidération. La mort de l’être cher n’est pas encore intégrée. Je me souviens encore, il y a deus semaines, le coup de téléphone de ma grande sœur m’annonçant la nouvelle. Comme on dit, « je ne voulais pas y croire. » On est shooté, on plane. On est dans un état second. Je me souviens avoir pris conscience à un moment que je tournais en rond dans ma chambre sans but et sans pensées.

 

La deuxième phase est celle de la détresse, de l’état dépressif. Il est accompagné souvent de douleurs physiques ainsi que mentales : perte de l’appétit et du sommeil, courbature, douleurs d’estomac, problèmes de concentration, perte de confiance en soi… Personnellement, je n’ai pas eu de gros problèmes d’appétit. De toutes manières, j’ai presque une obligation de manger lorsque je me sens bien, à cause de mon affaiblissement dû à la maladie. Par contre, le sommeil est vraiment très perturbé. Je me refuse à prendre des produits, type anxiolytique. J’absorbe déjà beaucoup de produit à cause de ma chimio, et ne suis pas fan de la multiplication des remèdes. Non, j’essaie juste de m’imposer une discipline, lever et coucher toujours à la même heure, en l’occurrence 22h30-7h, même le week-end (désolé mon coloc chéri, tu m’en veux pas trop ?) Question concentration, je ne sais pas si on peut être plus inefficace dans son travail que moi en ce moment. Les pensées divaguent complètement. Mais il est important, à mon avis, de garder le rythme du travail. Je me suis aperçu que l’on pouvait se faire donner un arrêt de travail très facilement par un médecin complaisant, mais ce n’est pas nous rendre service. Que va-t-on faire ? Rester cloîtré dans son appart, à gamberger toute la journée ? Non, à mon avis, et c’est ce que j’applique en ce moment, il faut sortir, voir du monde, et continuer son activité même à dose réduite.

 

La troisième phase est dite de restructuration. On essaie de reprendre goût à la vie. Personnellement, il me semble que je mélange phases 2 et 3. A certains moments, je me sens plutôt bien, heureux de vivre. Mais le soir venu, avant de m’endormir, lorsque je me retrouve seul avec moi-même, difficile de ne pas penser. Penser à ma Maman. Penser aux bons moments que nous avons eu ensemble, et surtout que nous n’aurons plus jamais. C’est fou comme le simple sourire d’une personne peut vous devenir indispensable une fois que vous saurez que vous ne l’aurez plus… Quoi qu’il en soit, l’équilibre me parait vraiment difficile à retrouver, mais je sens que nous seront tous les 4 assez forts pour y arriver. En tous cas, nous avons fortement resserré le noyau familial. Un bon premier réflexe.

 

Bien sûr, la mort peut être une délivrance pour l’entourage, et notamment dans le milieu de la maladie. Ce n’était pas mon cas, et la brutalité avec laquelle j’ai subi cette disparition m’affecte encore énormément. Le travail de deuil se finira-t-il un jour ? Ce long travail d’acceptation aura-t-il une conclusion ? Pas sûr…


Ce que je sais, c'est que la mort ne détruit pas l'amour que l'on portait à ceux qui ne sont plus. Je le sais parceque, tous les jours, je vis avec les miens...
Ce que je sais aussi, c'est que la vie doit avoir un sens. Ce que je sais encore, c'est que l'amour, le bien, la fidéLité et l'espoir triomphent.
Tout cela, je le sais, je le crois...

Martin Gray

Publié dans Mon cancer

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

estelle 21/02/2006 00:47

bonsoir pascal, j'ai éris une tite bafouille pour elle, pour toi je n'osai pas te l'envoyer...aujourd'hui je le fais.... comme un don de rite de passage voilà... elle était partie.... comme ça... sans prévenir sans m'avertir..... j'avais encore tant de choses à partager avec elle tellement de souvenirs à créer mais elle s'en est allée brutalement! elle n'avait pas encore pris son café dont la fumée s'échappée de cette tasse qu'elle avait acheté pour rire .... adieu ... sache que même si le temps passe tes yeux se reflèteront dans les miens... je ne te connais pas tu n'es qu'une personne dont j'ai croisé l'image mais j'avais envie de te rendre hommage.... pour lui, pour qu'il trouve l'envie de poursuivre sa vie.... aujourd'hui...je sais que tu l'as trouvé à bientôt estelle

Pascal 21/02/2006 12:28

Je viens seulement de voir ton commentaire. Il me touche beaucoup...

Bool 15/02/2006 09:41

Je ne te dirais pas que ça ne va pas être facile, tu le sais bien. J'ai vécu plusieurs deuils et je ne peux que te dire que ta douleur disparaitra avec le temps... Bises,Bool

gaufrette 13/02/2006 17:04

Prends ton temps pour faire le deuil.
Je sais combien la phase 2 est désagréable à vivre car justement on ne vit plus vraiment, mais il ne faut pas l'évacuer tout de suite. Car vouloir s'en débarasser trop vite risque de la faire ressurgir plus tard et plus fort.
Etant moi même en transit entre la 2 et la 3, je te souhaite énormément de courage. Ne lache pas le combat.
Je t'embrasse.

Briesing 07/02/2006 23:34

Confirmation: ce sont bien ton oncle et ta tante! ;)

Pascal 08/02/2006 08:22

:-)

delphine 07/02/2006 17:34

bonjour pascal
je suis étudiante en psychologie et je t'avouerai que je suis tombée un peu au hasard sur ton site. en effet je recherchai des témoignages sur la maladie car j'effectue mon stage en hématologie. je dois dire que j'ai trouvé ce que je recherchai: avoir une petite idée du ressentit des patients au delà de ce qu'ils acceptaient bien de me confier.
Je dois t'avouer que ton site est très riche (qualitativement) de ces nombreux vécus et je tenais à te féliciter pour tes messages toujours pleins de vie malgrè tous les obstacles que tu rencontres, je pense que bon nombre de personnes bien portantes et moi la première avons beaucoup a apprendre de cette force qui t'habite.
Tu donnes beaucoup et j'aimerai par ce petit mot te donner un peu aussi je ne m'étendrai pas a te donner des conseils pour vivre  ton deuil car comme ça été souvent dit cette expérience si partagée soit elle, ne peut que singulière et propre a chaque personne qui est en train de la vivre. ne parlons pas de religions et de croyances, mais une chose pour laquelle je suis convaincu c'est que cet amour qui t'habite pour les autres est le plus beau cadeau et je pense la plus grande fierté qu'une maman puisse avoir car en effet elle aura réussit son pari: faire de toi un HOMME.
je m'escuse si ce mot était un peu long mais il m'était important de me présenter.
mes pensées t'accompagne, pleins d'amour à toi et à ta famille

Pascal 07/02/2006 17:39

Tu peux écrire des commentaires de la longueur que tu veux ;-)Ton cas est très intéressant, et si un jour tu as envie d'écrire un article sur un sujet qui te tient à coeur, en rapport avec ton travail en hémato, n'hésite pas à me le dire. Je suis sur que ton expérience nous serait extrêmement bénéfique!Bonne soiréePascal