Médecine traditionnelle, médecines parallèle: vos réactions...

Publié le par Pascal

Mon article sur l’opposition médecines parallèles/médecine moderne a suscité bon nombre de réactions. J’en suis très heureux, je les trouve vraiment enrichissantes pour tous les lecteurs. Il me semblait donc judicieux de publier quelques commentaires qui peuvent faire avancer le schimimilschmilmilblick.

Tout d’abord une remarque de Jak, très judicieuse.

Je crois aux médecines parallèles, entre autres au Reikki qui m’avait bien aidé lorsque j’avais eu mon hépatite B. Par contre je ne peux plus utiliser d’herbothérapie puisque certaines herbe comme l’echinacea s’opposent à mon traitement et me mettent en danger. C’est peut-être pour cela que tes médecins n’en parlent pas.

 

Jak (note pour que tout le monde comprenne, Jak n’est pas traité pour un cancer mais pour sa séropositivité) soulève un problème auquel je n’avais d’abord pas pensé : les interférences entre le traitement de choc et les herbes. Mais alors justement, un surplus de communication ne serait-il pas plus efficace ? Histoire de savoir exactement ce que l’on n’a pas le droit de prendre. Je comprends bien que cela implique plus de d’investissement, tant financier (financement de plaquettes par exemple) que temporel (pour le médecin.) Peut-être que cette tâche pourrait être déléguée aux associations ? A réfléchir…

 

Le commentaire suivant que je souhaite mettre en lumière nous vient d’Agnès, étudiante en médecine.

 

Ton post d'aujourd'hui m'intéresse particulièrement car il soulève un problème qui m'a toujours interpellée : je suis sûre qu'il y a plein de produits naturels qui pourraient aider les gens malade (n'importe quelle maladie), à supporter au minimum leur problème, mais il y en a tellement que les médecins ne peuvent pas tous les connaître ! ils ont quelques années d'étude pour arriver là où ils en sont, mais n'ont pas eu le temps d'approfondir tous ces produits naturels. Sans oublier qu'on en (re)découvre tous les jours.

Effectivement, on ne peut demander à un jeune médecin de tout savoir sur les petites plantes qui nous entourent. Mais alors, au moins, ne serait-il pas judicieux de nous orienter, si l’on ne peut nous conseiller directement, vers un spécialiste, phytothérapeute, homéopathe, etc… Et puis j’avais aussi parlé des conseils alimentaires. Pas besoin de grosse connaissances pour dire que, par exemple, le germe de blé améliore le transit, que le lactéole peut reconstruire la flore intestinale après la chimio, etc… Des petits trucs, mais qui pour le malade peuvent devenir très importants. En ce moment, pour moi, c’est jour de fête lorsque je ne dois pas aller à la selle toutes les 1/2 heures (sans entrer dans les détails…) Bref, je ne parle pas nécessairement de guérison, mais d’abord de confort dans la maladie.

Une autre étudiante en médecine, Aurélie, nous propose son point de vue. Au passage, il me semble l’avoir déjà dit, l’alimentation est gage de bonne humeur, indispensable pour combattre une maladie dans de bonne conditions. Eh bien ALLEZ TOUT DE SUITE LIRE SON BLOG (tenu avec sa sœur San) !! Prévoyer bavette et serviette, on bave à chaque article qu'on lit. Et le style d’écriture est vraiment excellent…

Bonjour Pascal,
Comme l'a mentionné San tout à l'heure, je suis étudiante en médecine et il m'arrive régulièrement de voir des médecins dénigrer les médecines parallèles. Je n'ai jamais pris d'antibiotiques et que très peu de médicaments. Je me soigne aux huiles essentielles et par homéopathie. La médecine chinoise (acupuncture, phytothérapie...) a totalement soigné (en 2 mois !) mes séquelles dues à une intoxication alimentaire, ce que la médecine conventionnelle n'a pas réussi. Dès qu'ils ne voient pas de signes physiques clairs d'une maladie, pour eux, elle n'existe pas...C'est dommage car les médecines parallèles pourraient être d'une aide exceptionnelle et améliorer de beaucoup les effets secondaires de certains traitements, des symptômes associés à une maladies et, par conséquence, le confort et la guérison du patient (après tout, n'est-ce pas le but recherché?).  L'acupuncture est souvent très efficace pour améliorer les nausées et vomissements dus à la chimiothérapie. Il se pratique dans certains hôpitaux. Les huiles essentielles sont également utiles contre les nausées (citron, menthe poivrée). De plus, la menthe est un excellent soutien hépatique; il en a bien besoin pendant les chimios !
D'après moi, certains médecins rejettent ce genre de médecine car elle remet en question beaucoup de leurs connaissances. Elle est efficace là où eux échouent. Il serait plus judicieux d'arrêter cette géguerre et de travailler enfin ensemble ! Il y a du  bon dans les 2 méthodes, alors pourquoi ne pas en profiter au maximum ?
Pour conclure, n'oublions pas que la médecine conventionnelle n'a que quelques centaines d'années alors que la médecine chinoise perdure depuis plus de 3500 ans !

La position d’Aurélie est très intéressante, et rejoint bien la mienne, dans le sens ou elle ne dénigre pas la médecine moderne (je le redis encore une fois, rien ne remplacera l’effet dévastateur de la chimio sur mon crabe, niark !), mais souligne bien le confort que les médecines parallèles pourraient apporter au malade.

 

Enfin, le point de vue d’un médecin, un vrai de vrai ! La classe, non ?

 

Bonjour, c'est par l'intermédiaire de Brisling que je viens apporter ma modeste contribution... La médecine traditionnelle repose sur une utilisation thérapeutique contrôlée scientifiquement, avec des études en double aveugle de l'efficacité des produits... Ainsi, elle applique uniquement les traitements qui ont apporté une amélioration ou une guérison scientifiquement et statistiquement vérifiable...!
Les médecines dites "parallèles", utilisent des procédés ou "médicaments", dont les effets n'ont pas été scientifiquement mise en évidence de façon probantes... Ce qui ne veut pas dire qu'ils sont sans effet, mais, la preuve reste à mettre en évidence...
La médecine traditionnelle, étant soumise médicolégalement à une obligation de moyens, ne peut donc utiliser des armes thérapeutiques n'ayant pas fait leur preuve officiellement... Mais, je ne crois pas que l'on peut brandir le spectre de l'orgueil des médecins qui se battent tous les jours pour proposer la meilleure prise en charge de la maladie... avec des thérapeutiques prouvées...
En restant à ta disposition.... 
                                  Marcopolis:  Médecin anesthésiste réanimateur !!!

Complètement d’accord avec le début de l’intervention de Marcopolis. Maintenant, je donne mon avis de malade, de l’autre côté de la barrière (enfin à l’autre bout de la perfusion, si vous préférez.) Dans mon cas, déjà deux molécules différentes ont montré leurs limites dans le traitement des vomissements. A 10 euros pour l’un, 20 pour l’autre, ça fait cher le cachet pour pas grand chose. Et je peux dire que vomir pendant quatre jours après la chimio, c’est pas très marrant. Disons, inconfortable. Impossible d’avaler le moindre truc, au bout d’un moment, on vomit de la biles, des trucs bizarres, enfin pas beaux à voir. Alors je me dis, ok, pas de preuves scientifiques de l’efficacité des produits homéopathiques ou autres, mais, qui ne tente rien n’a rien. Alors pourquoi ne pas essayer. Je suis tout à fait d’accord pour donner la priorité à la médecine traditionnelle. C’est ce que j’ai toujours fait. Mais lorsque celle-ci montre ses limites, pourquoi ne pas essayer, avec mon médecin, de trouver une autre solution ?

 

Bref, le débat est ouvert, vous m’avez tous bien fait plaisir à réagir comme cela. Le projet que j’avais pour ce blog est entrain de prendre forme, il est entrain de devenir un outil d’expression pour tous, et, il me semble, peut apporter du réconfort, des réponses, ou du moins poser des questions dans le domaine de la maladie.

Maintenant, je me prépare pour ma chimio de demain. Je vais entrer en hibernation, pour ne ressortir de ma grot… de dessous ma couette, pardon, dans quelques jours. A bientôt.

 

Pascal.

Publié dans Maladie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

HermÚs 15/02/2006 10:55

Bonjour Pascal
Allez courage, je ne t'oublie pas et pense bien fort à toi.
bisous Hermès

Daniel THIERRY-MIEG 15/02/2006 10:18

Bonjour Pascal,
Je suis un ami de Bernard et Claudine Guillot qui ont eu la gentillesse de me donner votre adresse de Blog. Je trouve votre démarche très réconfortante et qui nous aidera à tenir le coup.
On m'a découvert une tumeur cancereuse sur la tête du pancréas en Octobre dernier. Après une opération en Novembre dernier et une chimio qui n'ont pas trop bien marchés, je commence des rayons associés à une autre chimio:. Mon moral reste bon.
Bon courage pour votre prochaine chimio
Très amicalement
Daniel

Danet 15/02/2006 09:20

Coucou, je pense fort à toi, reviens vite. Mamie Danet.

jill.C 15/02/2006 01:32

Je te connais très peu, mais j'ai hâte que tu reviennes et que tu nous dises que tu te sent mieux. Je t'envoie d'amicales pensées . Bonne nuit petit prince !

Dellamorte 14/02/2006 15:18

j'aime pas la saint valentin, mais je pense malgré tout à ta puce et à toi
Bisous à vous d'eux