C'est l'histoire d'un mec...

Publié le par Pascal

Aujourd’hui, j’aimerais vous raconter une histoire. L’histoire d’un jeune homme de 37 ans. Un jeune homme qui apprend en 2002 qu’il est atteint d’une tumeur au cerveau.

Ce jeune homme est journaliste. Il a deux jeune enfants (enfin un puis un autre qui nait en 2004.) Ecrire, c’est son truc. Alors il ouvre un blog, afin de raconter sa maladie. Il commence sur ces mots :

“My life and that of my family has just been turned upside down.

Last month I was a healthy young man in my mid-thirties looking forward to working part-time, taking care of our baby daughter and making plans for next year.

Now I have just been told that I have a fast-growing tumor inside my brain. “

« Ma vie et celle de ma famille viennent d’être mises sens dessus dessous.

Le mois dernier, j’étais un jeune trentenaire en bonne santé, me réjouissant de travailler à temps partiel, m’occupant de ma petite fille, et faisant des projets pour l’année prochaine.

Maintenant, on vient de me dire que j’ai une tumeur maligne au cerveau. »

 Il y raconte tout. Ses traitements. Ses états d’âme. L’espoir du début :

“All the statistics in the world will not tell them what is going to happen to me, and I am grateful for the uncertainty and hope that provides. “

« Toutes les statistiques du monde ne me diront pas ce qui va m’arriver, et j’apprécie l’incertitude et l’espoir que cela procure. »

Je trouve cette phrase très belle, celle que tous les malades devraient énoncer à toutes les personnes saines qui n’arrêtent pas de leur ressasser les statistiques. Même si cela est pour montrer qu’il y a de l’espoir, c’est agaçant. On a tous eu droit au « tu sais, j’ai vu sur internet qu’il y a vraiment x% de chances de guérison, et en plus, tu es jeune… » Premièrement, je suis assez grand pour chopper des statistiques sur le net si j’en ai besoin, et deuxièmement, heu… Hein, voilà…

Revenons à notre histoire. Notre jeune homme suit son traitement. Radiothérapie, chimiothérapie, la totale, il a droit au grand jeu, le petit chanceux. Puis les examens pour voir ou en est sa tête

“"It's good news," said my doctor, before my wife and I had even sat down in his office.

"Go out and enjoy your life," he said.”

 «  J’ai de bonnes nouvelles, dit mon docteur, avant même que ma femme et moi nous soyons assis dans son bureau.

Sortez et profitez de votre vie, me dit-il. »

Alors le jeune homme profite comme jamais. De ses enfants, de sa femme. Il a six mois avant de refaire un scanner. Six mois pendant lesquels il peut oublier sa maladie.

Mais le crabe se rappelle à lui, et lui fait savoir que tel le phénix, il est entrain de renaître de ses cendres. Deux années passent, un nouveau combat contre le cancer, une nouvelle naissance, de bons moments, d’autres plus mauvais. Puis une deuxième rechute.

Le 31 Janvier 2006, il décide de poster son dernier billet sur son blog, billet qu’il avait écrit à l’avance :

“This is my last diary.

I have written it ahead of time because I knew there would be a point when I was not well enough to continue.

« C’est mon dernier billet.

Je l’ai écrit à l’avance car je savais qu’il arriverait un moment ou je ne serais plus assez en forme pour continuer. »

Ce billet est une pure merveille, lu par plusieurs dizaines de milliers d’internaute. Il termine sur ces mots:

“If two or three people stop smoking as a result of anything I have ever written then the one of them who would have got cancer will live and all my scribblings will have been worthwhile.”

« Si deux ou trois personnes arrêtent de fumer après m’avoir lu, alors celui de ceux-ci qui aurait du avoir un cancer vivra et tous mes « gribouillages » auront été payants. »

Le 1 Février 2006, le jeune homme meurt.

Il s’appelait Ivan Noble.

Publié dans Coup de coeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Dellamorte 09/03/2006 00:40

bientôt en france ce sera peut être comme ça:
http://www.kamazutra.be/fumer/
et il me semble que bientôt il sera interdit de fumer dans tous les lieux public (ce ne sera pas une mauvaise chose d'ailleurs!) et le prix des cigarettes ne cessent d'augmenter alors je suppose que de nombreux fumeurs finiront bien par devenir non-fumeurs, ce serait bien....

babas 08/03/2006 10:33

en fait je dis ça parce que j'ai jamais trop compris les gens qui fument, bah oui avant de juger j'ai essayé de fumer moi quand j'étais ado ma rebellion c'était plus de ne pas vouloir fumer, tous les jeunes fumaient alors comme moi j'aime bien faire les choses différemment je disais non.Bien sur j'ai essayé vers 15ans et je n'y ai trouvé aucun plaisir pour moi c'était justa avaler de la fumée. Puis vers 20 ans de voir tous ces gens fumaient ça m'a fait me poser des questions alors je me suis dit, doit y avoir un truc c'est pas possible, alors j'ai réessayé mais non toujours rien, alors j'ai commencé à interroger les fumeurs: "Pourquoi je ne ressens aucun plaisir quand je fume au départ", et tous tous me l'ont avoué, au début ils fument pour faire comme les autres  puis après une dépendance se crée, c'est con de tomber dans un piège aussi conTu sais quoi Pascal moi même mon pneumo, il fume alors qu'il fait des endoscopies a des gens tous les jours.
Ce qui m'a touché particulièrement c'est que moi je connaissais quelqu'un qui est mort d'un cancer des poumons, le jour ou il a appris qu'il avait ça, il arrêtait de fumer net, il a dit je promet que je ne fumerais plus jamais, je donnerai tout pour faire partir cette maladie, il a dit textuellement" j'ai été trop con de me faire autant de mal", mais malheureusement c'était trop tard, il est mort jeune, et il a laissé plein d'enfants orphelins et une femme malheureuse. Tout allait dans sa vie mais la clope l'a tué.
Le pire Pascal devant l'hosto je trouve c'est les malades qui sortent pour fumer, alors ça ça me tue, j'en ai même vu sortir avec leur poche d'éxcrément en train de fumer clope sur clope, je suis désolé mais j'ai une grande incompréhension la dessus d'autant que moi je dois l'éviter la clope à cause de ma greffe et dès que je sors de l'hosto je me prends une petite bouffée de fumée alors oui en général quand on me crache de la fumée à la gueule, je m'énerve, je gueule mais j'estime que mon agressivité et à la mesure de l'agression que je ressens quand on m'impose de respirer cette merde. Fumer si vous voulez mais l'imposer pas aux autres s'il vous plait, déjà y'a plein d'endroits ou je peux pas aller (bars, boites etc) car trop de fumée pour un greffé. Enfin je sais que ma position face à ce sujet est assez extreme, mais pour quelqu'un qui se bat contre une maldie faut savoir que c'est difficile de voir des gens qui ont l'attitude inverse delaisser venir cette maladie, moi je fais n'importe quoi pour ne pas lui laisser du terrain et je perçois le fait de fumée comme l'attitude complétement opposé à la mienne.Enfin si les fumeurs pouvaient nous expliquer un peu mieux ça serait cool car jusqu'a maintenant (et je te jure j'ai essayé de comprendre) aucun n'a réussi à me convaincre.
bonne journée babas

babas 08/03/2006 02:57

d'accord avec toi dellamorte clope alcool, drogues, abus du soleil c'est du pareil aux mêmes ,si tu respectes pas ton corps t'attends pas à ce qu'il te respecte en retour.Par contre pas trop d'accord avec le fait de dire qu'on fume parce qu'on a un souci, beaucoup de gens voire tous les gens que j'ai rencontré qui fument, m'ont dit sincérement qu'ils ont commencé à se forcer à fumer pour faire style, et qu'après ils sont tomber dans le piège de la dépendance, piège tendu selon moi par les manufactures internationales de tabacs (nicotines pour rendre accrocs) il y a un très bon film Révélations de Michael Mann que tous les fumeurs devraient voir pour voir à quelle point ils sont les dindons d'une farce juteuses. Je crois volontiers que les fumeurs sont des victimes mais elles se sont mises toutes seules dans cette situations à un moment de leur vie.Voilà je le repète je n'ai rien contre les fumeurs mais je trouve dommage moi qui me bat pour garder la santé que certains au contraire agissent dans le sens inverse en détériorant la leur.
allez je vais vraiment au lit maintenant.
Bonne nuit Pascal et dellamorte
babas

Pascal 08/03/2006 09:49

Pas tout à fait d'accord. Meme si on commence beaucoup à fumer "pour faire comme les autres", il me semble qu'il es très facile de ne pas tomber dans le piège au début. A mon avis, un jeune continue sur sa lancée parcequ'il a un problème. D'ordre relationnel par exemple (par exemple par opposition à l'autorité parentale), parcequ'il ne se sent pas à sa place dans notre société (regardez, je casse les règles tacites de notre société en fumant alors que je suis jeune), etc... Personnellement, toutes mes connaissances qui fument se sont mises à fumer vraiment à un moment de leur vie ou quelque chose ne tournait pas rond (couple parental qui part en sucette, échec scolaire, etc...)Mais ceci est l'avis de quelqu'un qui n'y connait vraiment rien au problème... Donc probablement un avis bourré de préjugés.CiaoPascal

babas 08/03/2006 02:40

très fort le témoignage de Paul, j'ai un avis très tranché sur la clope que je n'exposerais pas trop ici aux risque de choquer tes lecteurs pascal, mais pour résumer je ne comprends pas cette attitude d'autodestruction car moi j'ai chopé une putain de maladie que je n'ai pas provoquée, alors savoir que certaines personnes prennent le risque sciemment de connaitre ce que j'ai vécu (peut être même pire vu les dégats des cancers des poumons) ça me rend disons dingues.Etant un grand sportif, je suis très respectueux de mon corps encore plus depuis que j'ai eu cette maladie, alors oui je l'avoue je ne comprends pas cette attitude du fumeurs, s'ils ne connaissaient ne serait ce qu'une fois la peur, la douleur,  que crée l'annonce d'un cancer je crois que ça les ferait réfléchir, le problème c'est qu'un fumeur tant qu'il n'a pas  de symptômes ,il est dans la situation que je décrivais dans mon premier commentaire, il échappe à une réalité celle de savoir qu'il peut lui aussi être touché par le cancer, je le répète encore une fois et tous les malades, je pense, seront d'accord tant qu'on n'est pas touché directement par le cancer, on pense que cela ne peut pas nous arriver, ce qui est malheureusement pas vrai et encore moins pour un fumeur, et en parlant de statistiques là pour le coup elles sont parlantes alors putain il faut arrêter le massacre.Y'a qu'à lire le blog de  noble ou le témoignage de Paul ou bien d'autres, ils l'ont tous dit ils le regrettent amérement, il sera toujours plus facile d'arrêter de fumer que d'arrêter un cancer, la clope c'est une histoire de volonté, le cancer c'est de la volonté  et bien d'autres choses qu'on ne maîtrise pas malheureusement.
Allez bonne nuit Mon petit warrior et à demain

Pascal 08/03/2006 09:44

Je suis assez d'accord avec toi, Babas, même si, comme le dit Dellamorte, on ne fume pas pour rien. Elle dit qu'il y a toujours un problème plus profond qui se cache derrière. Je crois aussi.Par contre, moi, le truc qui vraiment me choque, ce sont tous les médecins qui fument devant l'entrée de l'hosto lorsque j'y arrive pour ma chimio. Il y a vraiment quelque chose d'ironique, et j'en viens toujours à me demander "pourquoi est-ce moi qui ai choppé cette saloperie et qui dois me tapper des mois de traitement lourd?" J'ai du fumer en tout et pour tout 30 clopes et tirer dans quelques joints dans ma courte vie, souvent "pour faire comme les autres" ou alors dans un moment de détresse "regardez, je vais mal psychologiquement alors je fais du mal à mon corps."BNien d'accord avec ton analyse, c'est d'ailleurs l'introduction de mon blog: le cancer, ça n'arrive qu'aux autres... Jusqu'au jour où... Maintenant, je ne suis pas convaincu que si j'emmenais des fumeur avec moi faure une petite viste des services d'oncologie ou hémato, enfin la ou on fait des chimios, ca les laisserait complètement indifférents. Mais j'idéalise peut-être trop...

Dellamorte 08/03/2006 02:40

Beau témoignage, Je ne connaissais pas du tout. J'ai arrêté de fumer il y a presque deux mois maintenant et je tente de "convertir" ma soeur. C'est drôle mais on ignore la liberté que c'est de ne plus fumer jusqu'à ce qu'on la retrouve. On est globalement mieux sans fumer c'est sûr. Maintenant, les gens qui disent qu'ils ne faut pas fumer mais qui boivent "comme tout le monde" ça fait pareil ! je lisais un truc tout à l'heure sur le net dans lequel il était écrit que pas mal de cancer pourraient être évités si les gens se contentaient de deux verres d'alcool grand maximum par jour! (moi ça me parait énorme, je fumais mais je ne bois pas) je trouve que l'association tabac/cancer (réelle biensûr) fait oublier qu'il y a autant de malchance d'avoir un cancer en buvant! et ça on oublie l'association "alcool/cancer" qui existe aussi.
Taper sur les fumeurs c'est bien mais faut pas le faire un verre à la main sinon on est mal placé (je ne parle pas de toi biensûr mais dans mon entourage il y a des "anti-fumeurs" qui boivent! alors que les risquent sont les mêmes)
http://www.cancer.be/index.cfm?fuseaction=Content.DisplayCat&Category_ID=10E2E5EF-CF9D-4E93-8FD43A9FE0A49E0A&Lang=FR
C'est terrible de se dire que cette personne est décédée à cause de la cigarette mais en même temps, on ne fume jamais pour rien il y a toujours un problème derrière (comme avec l'alcool !) et c'est ça qui devrait être prit en compte. Plutôt que des leçons de moral (qui n'empêchent pas de fumer, au contraire!) je crois qu'il y a surement un autre moyen d'aider un fumeur à arrêter en trouvant le fond de ses soucis. Bon je signe mon roman? lol en plus il est tard et je ne pense pas que je me relierais donc Désolée si c'est pas très clair (à cette heure là, c'est possible! c'est l'heure du mangeur de mots!)
 

Pascal 08/03/2006 09:37

Il me semble que 2 verres d'alcool par jour, c'est déja beaucoup, non?