Statistiques...

Publié le par Pascal

Vous avez suivi les informations hier, vous avez sûrement entendu parler d’un rapport de l’INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale) sur la mortalité du cancer. Moi qui n’aime pas trop les statistiques en ce qui concerne la maladie, je me suis dit que vu comme on en a parlé, il serait peut-être bon de faire un peu de pédagogie sur le sujet. Parce que savoir qu’il y a 2% de surmortalité annuelle après 10 ans sur l’ensemble des cancers, ça ne doit pas parler à grand monde !

Qu’entend-t-on par surmortalité du cancer? C’est tout simplement le risque en plus qu’a un malade du cancer par rapport à une personne « normale » (c’est-à-dire chez qui aucun cancer n’a été diagnostiqué.) Pour reprendre un exemple de l’étude, une surmortalité de 1% entre 9 et 10 ans signifie que parmi 100 personnes qui ont contracté un cancer de 9 à 10 ans plus tôt, une mourra des suites de son cancer.

Ce document est d’autre part intéressant car il synthétise l’ensemble des cancers connus, en les décrivant succinctement et en donnant quelques chiffres sur ceux-ci. Par exemple, pour ce qui me concerne, je suis atteint d’un lymphome de Hodgkin. C’est une maladie qui a deux pics de fréquence, vers 30 et 60 ans. Cela veut dire que les maxima de cas dépistés se situent vers 30 et vers 60 ans. La surmortalité à 10 ans est à un tout petit peu plus de 1%, alors qu’elle est de 2% sur la moyenne des cancers, de 0.03% pour les tumeurs germinales du testicule (minimum), et de 9,67% pour les leucémie lymphoïdes chroniques.

Comme je l’ai dit, les statistiques de maladies me rebutent un peu. Je crois qu’elles sont avant tout utiles aux personnes bien portantes, parce qu’elles permettent de quantifier des risques, et par là même, de rassurer les bien-portants. Cela je le comprends bien. Et hier, beaucoup de responsables de la santé française se sont félicités de ces statistiques (le 2% de surmortalité à 10 ans). C’est vrai, c’est un chiffre qui permet de montrer une amélioration de la prise en charge du malade, de l’efficacité des traitements. Ça permet de se dire : « chouette, quelques pourcents, il y a aucune chance que ça tombe sur moi. » 1%, ça parait tout petit. Mais du point de vue du malade, ce chiffre a une autre signification. Pour lui, le 1% planera toujours au-dessus de sa tête, et il aura toujours en tête qu’il peut être la personne sur les 100 malades qui mourra de sa maladie après 10 ans. Et ça, ça fout les boules…

Dossier de presse de l'INSERM

Publié dans Maladie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

marie 21/04/2006 12:19

meme pas mal ! lol

Pascal 21/04/2006 12:58

:0015:

Sieglind la dragonne 21/04/2006 10:19

Le un pour cent Damoclésien... le truc style dos de Siegfried par où on sait que ça peut arriver... Mais il faut être optimiste et les statistiques sont là, mais à titre informatif... il faut savoir se battre pour les faire mentir, n'est-ce pas?Bises et bonne journée de fin de semaine Pascal.

Pascal 21/04/2006 10:34

C'est vrai.

cat 21/04/2006 07:45

bisous du vendredi
 
disons que les stats, même si tu as une chance sur un milliard, ben si justement tu tombes sur le une ... donc ... puffffffffffffffff
personne n'est à l'abri de rien ni jamais ... et les choses dans le bon comme dans le mauvais ça n'arrive pas qu'aux autres
 
bisous et bonne journée du vendredi

Pascal 21/04/2006 08:27

bonne journeePascal

marie 20/04/2006 17:58

je dois pas etre normale.. je suis plutot bien portante... mais je pense toujours les chiffres à l'envers.
un exemple : pour mon genou droit j'avais "deux chances sur trois" de ne pas me faire opérer..
ben moi je pensais au tiers restant..
je pense comme une malade ?
je suis hyponcondriaque !!!!!!!
 
bisous pascal.

Pascal 21/04/2006 08:27

pas de gros mots s'il te plait!   :0063:

Maxime 20/04/2006 17:17

Salut Pascal ,
Il y a une émission en deux parties ( ce soir et jeudi prochain ) sur France 5 : LA  GUERRE  CONTRE  LE  CANCER . Elle ne dure pas très longtemps puisqu'elle commence à 20 heures 55 pour se finir à 21  heures 50. Le documentaire est de Sylvie Gilman et de Thierry de Lestrade (  inédit,  2006 ) . J'espère que tu as la chance, comme moi , d'avoir le câble ou au moins la TNT . A noter sur ses tablettes, comme on dit !
Maxime

Pascal 21/04/2006 08:26

J'ai la chance de ne plus avoir la télévision chez moi.