Courrier des lecteurs

Publié le par Pascal

Par hasard, je viens de tomber sur votre blog... Et je me suis pris une grosse claque en pleine gueule! Merci.
J'ai lu pas mal d'articles, ai compris un peu de votre histoire (je n'ai pas encore tout lu, donc j'ai dû loupé des épisodes)... Je suis une nouvelle internaute, donc je n'ai pas suivi votre combat "en temps réel".
Une grosse claque, je disais donc... Parce que tout ce dont vous parlez, "médicalement parlant", c'est mon quotidien. Je suis infirmière, je travaille dans un service où de nombreux patients souffrent de cancers à des stades très avancés. C'est mon quotidien, mais surtout celui de mes patients. Mon rôle est de leur expliquer les examens, les informer, les rassurer... Mon rôle est aussi d'être disponible pour eux et leurs familles...d'écouter leurs questions, leurs doutes, leurs angoisses. Mais, malgré leur coeur grand ouvert, malgré leurs récits, ils n'expliquent jamais -par pudeur sûrement- comment ils ont ressenti tel ou tel chimio, tel ou tel examen. Ca m'a secouée de vous lire, de passer virtuellement, avec vous, de l'autre côté de la barrière. De voir à quel point, même si pour nous tout est limpide, tout peut être brouillé et incompréhensible pour nos interlocuteurs.
C'est mon quotidien, on essaie de se blinder, de ne pas être à vif à chaque émotion, mais moi, je n'y arrive pas, je ne saurais pas porter une carapace de protection, surtout pas par pur égoïsme. J'ai choisi mon boulot et le service dans lequel j'exerce, j'ai choisi d'être le plus proche et le plus compréhensive possible... Vos récits m'aident à avancer sur ce chemin, et je vous en remercie.
Je ne peux pas imaginer tout ce par quoi vous êtes passé ces derniers mois, mais votre humour à toute épreuve m'a émue, sincèrement.
Je reviendrais vous lire, en attendant à chaque fois de meilleures nouvelles.
Je ne vous connais pas mais vous transmets tout mon courage. Je ne vous connais pas, mais vous souhaite tout le bonheur que vous méritez après une telle épreuve.
Merci pour ces bouts de vous que j'ai pu partagé dans l'intimité de votre blog. Merci (euh, je l'ai déjà dit peut-être? ;) ), sincèrement!
à très bientôt peut-être
Bonne continuation
M.


 

Note de Pascal: C'est la première fois qu'on me remercie pour une grosse claque :0011:

Publié dans Coup de coeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Briesing 08/10/2006 21:21

Il est beau ce com... plein d'émotion.Bravo à toi Pascal, encore une fois !

M 06/10/2006 10:48

Je ne m'étais pas rendue compte que je remerciais quelqu'un de m'avoir mis une claque... C'est inquiétant en effet...Euh, Sieglind la dragonne, je pense que mes idées pour le moment ne sont pas encore trop arrêtées, et puis j'aime pas le vin alors pas besoin d'eau... ;)Merci Pascal, ça me fait plaisir de t'avoir touché...

Armoni 06/10/2006 10:27

Mais Pascalou il est génial, je le pense sincèrement et je lui ai dit plusieurs fois ; il a une force de caractère et un courage uniques. Je le remercie pour tout ce qu\\\'il apporte aux autres et à moi aussi. Bravo et merci Pascal. Une autre infirmière pas trop "atteinte" je l\\\'espère... Bisous, Armoni. @}-\\\'--,---

:0075:Danet:0075: 06/10/2006 08:55

Bonjour,Cette infirmière est une "vraie" le métier ne l'a pas encore abimée, c'est souvent le cas, nombre d'entre elles abandonnent pour cause de surmenage physique et psychologique.Ma grande fille (23 ans infirmière au CHIC de Créteil) me disait qu'en moyenne une infirmière restait en milieu hospitalier 5 ans, ensuite elles (eux, car n'oublions par les infirmier) allaient exercer dans d'autres strustures, libérale, ou dans les grandes entreprises ou dans les établissements scolaires ou autre...Ce métier est un véritable sacerdoce et celles (ceux) qui restent sont admirables, et peu payées, il faut le dire et les remercier toujours.Bon week-end et gros bisous de Mamie D@net.

Sieglind la dragonne 05/10/2006 20:18

Morte de rire pour ton commentaire de fin! C'est vrai qu'à part être maso... hé, hé.Très sympa en tout cas ce courrier "de l'autre côté de la barrière" comme elle dit. ça permet de voir autre chose que l'avis médical courant pour cette infirmière et de mettre peut-être un peu "d'eau dans son vin" comme on dit, concernant ses idées.Bises Pascal et bonne soirée.